Phobies et TOCs

 

phobies TOCs et crises de paniquePhobies, crises de panique et T.O.C.s

Crises de panique, anxiété, peur des lieux publics, des files d’attente, des autoroutes, des ascenseurs, lavage des mains compulsifs, rituels, vérifications excessives etc…

Si vous souffrez de phobies, de crises de panique ou de troubles obsessionnels compulsifs (T.O.C.s) la thérapie stratégique centrée sur la solution peut vous aider.

 

Les phobies :

Les phobies sont des peurs dont l’intensité est totalement disproportionnée par rapport au danger réel. Les personnes qui souffrent de ces phobies comprennent que leur réaction est excessive mais ne peuvent ni l’expliquer ni la contrôler.

Les principaux types de phobies sont :

L’agoraphobie : qui peut se définir comme la peur de s’éloigner d’une zone géographique plus ou moins étendue (pouvant aller d’une pièce de sa maison à une ville ou même un pays entier) considérée comme “sûre”.

La phobie sociale : Il s’agit de la peur de se retrouver dans des lieux qui obligent à côtoyer d’autres personnes comme les restaurants, les supermarchés, les cinémas, les salles de conférences…

La claustrophobie : c’est la peur des lieux clos, fermés, par exemple les ascenseurs, les trains, les bus, le métro etc..

La peur du sang, des piqures, des blessures…dans cette catégorie on trouve également la peur des examens médicaux en général, la peur du dentiste…

Mais il existe bien d’autres types de phobies : la peur des araignées, des serpents, des oiseaux, la peur du vide, la peur de vomir, de rougir, la peur des avions, la peur des maladies etc..

En fait, une phobie peut se développer à propos tout et  n’importe quoi et certaines personnes développent des phobies surprenantes comme la peur des chaises chaudes, de la viande mal cuite, des ballons qui éclatent, des mains moites…

Enfin, dans la pratique on observe fréquemment des évolutions d’un type de phobie vers un autre ainsi que la présence de phobies multiples chez un même individu.

Les crises de panique :

Les phobies peuvent éventuellement être accompagnées de crises de panique lorsque la personne se trouve obligée d’affronter l’objet de sa peur. Parfois la seule évocation par la pensée de la phobie peut suffire à engendrer une crise. Ces crises peuvent se manifester par :

  • Des palpitations cardiaques
  • Des difficultés respiratoires
  • Des nausées
  • Une transpiration excessive
  • Une “boule” dans l’estomac ou dans la gorge
  • Des tremblements
  • Une diarrhée
  • Des cris, des pleurs
  • Des maux de tête
  • Des picotements, des engourdissements musculaires
  • Une perte d’équilibre, des vertiges
  • Une déréalisation (sensation d’être en dehors de la réalité)
  • Une peur de mourir
  • etc…

Les symptômes sont variés mais tous extrêmement inquiétants et désagréable ce qui pousse le sujet phobique à organiser sa vie de manière à éviter au maximum l’objet de ses frayeurs.

Les troubles obsessionnels compulsifs :

Les T.O.C.s constituent avec l’évitement, le deuxième type de stratégies mis en place par l’inconscient pour lutter contre une angoisse ou une anxiété afin de tenter d’en limiter l’impact.

Une obsession : est une idée, une pensée ou une image qui envahit l’esprit d’une personne contre sa volonté et va provoquer une peur ou une angoisse

Les  compulsions : sont des pensées ou des actions  que le sujet va mettre en place pour tenter de contrecarrer l’angoisse provoquée par l’obsession.

Ces compulsions peuvent prendre la forme d’exacerbations d’actes normaux (lavage des mains, vérifications..) ou de rituels conjuratoires (répétions de mots, de phrases, de chiffres, calculs mentaux..) ou d’actions irrationnelles (se toucher le nez, éviter les lignes blanches…). Ces rituels peuvent prendre plusieurs heures par jour. Le sujet comprend que son comportement est absurde mais se sent obligé d’accomplir ces rituels pour soulager son angoisse.

Pourquoi moi ? Quelles sont les causes ?

Il existe de nombreuses théories pour expliquer l’origine des phobies et des T.O.C.s mais à l’heure actuelle aucune n’a été scientifiquement prouvée.

De nombreuses personnes ne comprennent pas comment un tel trouble a pu se développer chez elles car elles se définissaient avant l’apparition de leur problème comme des personnes courageuses, indépendantes, rationnelles et logiques.

Parfois ce trouble se développe après un choc psychologique ou un événement traumatisant (accident, décès d’un proche..) mais dans la majorité des cas le trouble apparait de manière progressive sans événement majeur permettant de l’expliquer, mais plutôt suite à une succession d’épreuves et de moments difficiles.

On remarque tout de même qu’un certain type de personnalité est plus prédisposé à développer une phobie ou des TOCs. Ce sont généralement des personnes qui présentent plusieurs des traits de caractères suivants :

  • Angoisse, stress
  • Manque de confiance en soi
  • Personnalité réservée
  • Hypersensibilité
  • Perfectionnisme
  • Autoculpabilité
  • Ne sait pas dire non
  • Difficultés à exprimer ses émotions (y compris la colère)
  • Traitement des phobies et des T.O.C.s par les thérapies stratégiques

La thérapie stratégique fait partie de la famille des thérapies systémiques, développées à partir des années 50 aux Etats Unis en particulier par l’école de Palo Alto. Elle ne cherche pas à retrouver dans le passé du patient les racines du problème actuel mais travaille sur ce qui se passe ici et maintenant. C’est une thérapie qui cherche à comprendre l’individu dans son ensemble et qui ne s’arrête donc pas au seul symptôme.

C’est également une thérapie très concrète qui s’appuie sur des exercices pratiques à réaliser entre les séances. Ces exercices peuvent parfois sembler originaux, mais ils sont toujours faciles à réaliser, simples et sans danger. Ils permettent d’expérimenter dans son quotidien  de nouvelles manières d’agir et de penser, seul moyen d’obtenir des résultats durables dans le temps.

La thérapie stratégique fait partie des thérapies brèves c’est-à-dire que les protocoles utilisés pour le traitement des troubles phobiques et obsessionnels ont été développés dans le but d’obtenir des résultats rapides. En général le thérapeute fait un bilan après 10 séances de thérapie. Si les résultats ne sont pas satisfaisants il décide de ne pas poursuivre la thérapie et d’en rester là. Si le patient a atteint son but et juge les résultats suffisants, le thérapeute propose éventuellement une dernière séance 3 mois plus tard, afin de vérifier le niveau de stabilisation. Si au bout de 10 séances, patient et thérapeute jugent les résultats très significatifs mais pas encore totalement satisfaisants, il est possible de poursuivre la thérapie encore quelques temps jusqu’à la disparition des symptômes.

Il arrive également que la disparition des symptômes soit totale en moins de 10 séances et dans ce cas le thérapeute peut décider d’arrêter la thérapie avant d’atteindre les 10 séances.

Une étude scientifique réalisée par l’équipe de Giorgio Nardone*, un psychothérapeute italien qui a expérimenté et développé les protocoles de traitement des phobies et des troubles obsessionnels, a démontré la grande efficacité de la thérapie stratégique pour traiter ce type de troubles. Les patients suivis pour cette étude ont observés la disparition de leurs troubles dans 79% des cas et une nette amélioration dans 7% des cas. La durée de la thérapie était de moins de 20 séances pour 87% des cas.

*Nardone G., 1996, Brief strategic solution-oriented therapy of phobic and obsessive disorders. Etude réalisée en Italie en observant 152 patients souffrant de phobies (agoraphobie, hypochondrie, crises de panique..) et de T.O.C.s traités par thérapie stratégique.

 

Autres articles concernant les troubles psychologiques :

Troubles alimentaires

Dépression et état dépressif